5 octobre 2022

2 réactions sur “Main courante contre Quatennens: il reconnaît «une gifle» et se met «en retrait de sa fonction de coordinateur» de LFI.

  1. L’exploitation médiatique de ce fait, avant son jugement, s’apparente à un lynchage politique peut respectueux de nos principes républicains.
    M. Catennens étant très résilient et posé lors des joutes politiques, cette agitation hystérique risque, selon le résultat du jugement, de se retourner contre ceux qui ont fait fuiter et ceux qui exploitent cette information, car le problème des violences ne se limite pas aux gestes.
    Il faut distinguer la virilité du machisme, la féminité du féminisme, la puissance de la violence, la pédagogie de la perversité… et puisque le sujet sera d’actualité, sans pré-supposés, je donne cet exemple seulement pour nous sortir des préjugés : la toréra s’est fait encorner par le taureau… Qui est coupable ? La violence, et sous quelle que forme que ce soit, économique, sociale, institutionnelle, politique, psychologique, affective, verbale, physique…

  2. Dans cette affaire, ce n’est pas la gifle qui est le fait marquant, mais bien le fait que Quatennens vienne demander le respect de sa vie privée, alors qu’il a lui, et son mouvement LFI, capitalisé sur le fait de traiter ses opposants dans la boue pour des faits mineurs de vie privée.
    On s’aperçoit également que les égéries féministes de la NUPES prennent sa défense et minimise la gifle!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.